Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Dmitri Chostakovitch

vendredi 21 juillet 2017


Classiquenews.com - Articles

3 juillet

DVD, compte rendu critique. Youri Grigorovitch : L’Âge d’or de – Ballet du Bolchoï (1 dvd BelAir classiques).

Classiquenews.com - Articles DVD, compte rendu critique. Youri Grigorovitch : L’Âge d’or de – Ballet du Bolchoï (1 dvd BelAir classiques). Quand le Bolchoï replonge dans sa fabuleuse histoire chorégraphique, il profite ici des 90 ans du maître de ballet, Yuri Grigorovich, son ancien directeur (30 années d’un pilotage quasi tyrannique à l’époque du régime soviétique), pour reproduire l’un de ses ballets à la fois techniquement abouti et politiquement correct : L’âge d’or (1982), véritable manifeste apparemment nostalgique d’une certaine grandeur communiste propre à l’ère stalinienne. Le sujet exploite le souffle qui naît des tableaux collectifs (que Grigorovich a toujours parfaitement organisés et réglés – cette maîtrise a fait le triomphe de son ballet Spartacus et surtout Ivan le terrible). Les décors qui citent les Années Folles, avec citations jazzy mêlées au constructivisme russe produisent un choc esthétique qui renforce l’impact de la recréation. D’autant que dans cette manière de Music-Hall et de cabaret occidental, russifié (avec lettres cyrilliques), la danse reprend ses droits ; un art théâtral à proprement parler car Youri Grigorovich défend un style chorégraphique dramatiquement très soigné, où le corps exprime tout. Ainsi, ce n’est pas tant l’apparente ballerine, très fluide et sobre, Nina Kaptsova dans le rôle de la femme convoitée par deux hommes (Rita) que la complice du chef de Gang Yashka, Lyuska qui captive de bout en bout : la jeune danseuse de Bolshoï, Ekaterina Krysanova, jaillit et brille par sa grâce athlétique et sa gestuelle mesurée et précise. Le jeune amoureux transi (de Rita) Boris (jeune pêcheur) ne trouve pas l’effusion tendre et sincère pourtant inscrit dans ses solos et pas de deux avec son aimée : Ruslan Skvortsov se cherche tout le ballet durant. Mikhail LOBUKHIN, la classe superlative Le danseur étoile ici demeure le ci-dessus nommé chef maffieux, Yashka : Mikhail Lobukhin dont la maîtrise et la grâce expressive restent simples, naturels, d’une évidente sincérité qui écarte tout maniérisme flatteur. En lui s’incarne l’idéal masculin selon Grigorovitch, une danse virile, souple et élégante qui sait suggérer sans surloyer. Le Corps de Ballet sublime la vitalité et la poésie habitée des ensembles que le chorégraphe savait transcender, véritable image d’une nation réunie, soudée, harmonieuse. On y croirait. Pourtant Staline rejeta ce ballet trop occidentalisé, pas assez bolchévique. La musique de Chostakovitch (jugée décadente et brouillonne à l’époque de la création), comme à son habitude, sait exprimer l’ambivalence du tableau en apparence conforme : la trépidation rythmique vire souvent à la mécanique millimétrée comme pour mieux dénoncer allusivement la déshumanisation de l’homme par un art au pas. Le dvd a le mérite de mesurer toutes les significations d’un ballet plus riche qu’il n’y paraît, postérieur aux grands succès de Grigorovich : Légende d’amour, Spartacus, Ivan… Superbe recréation. Lecture à compléter avec le DVD documentaire biographique dédié à Yuri Grigorovich, édité chez le même label. ________________________ DVD, compte rendu critique. Yuri Grigorovich : L’âge d’or (1982). Recréation, octobre 2016, Moscou, Bolshoï. Avec Nina Kaptsova (Rita), Ruslan Skvortsov (Boris), Mikhail Lobukhin (Yashka) et Ekaterina Krysanova (Lyushka) 1 dvd BelAir classiques BAC 143 — CLIC de CLASSIQUENEWS.

La lettre du musicien (Comptes rendus)

10 juillet

Le Festival de Colmar rend hommage à Michel Plasson

Foule des grands soirs à l’église Saint-Matthieu pour la soirée d’ouverture du Festival de Colmar. Le héros de l’édition 2017, Michel Plasson, dirigeait l’Orchestre philharmonique national de Russie dans un magnifique programme de musique française. Le lendemain, la violoniste Fanny Clamagirand et le pianiste Alexandre Kantorow offraient un beau duo équilibré dans la rare Sonate de Strauss.Pour l’ouverture du festival, l’association entre Michel Plasson et l’orchestre russe promettait beaucoup. D’un côté, un chef à l’esprit “quintessentiellement” français et de l’autre, un orchestre au son slave et ardent. Si les premières mesures de la Symphonie n°2 “Le Double” de Dutilleux rappellent Chostakovitch, Plasson trouve le style juste, en diversifiant notamment les attaques aux cordes. L’orchestration de Dutilleux n’a peut-être jamais semblé aussi profuse, bien que l’acoustique de l’église Saint-Matthieu tende à écraser le concerto grosso (les musiciens disposés en arc de cercle autour du chef) sur le reste de l’orchestre symphonique. Fauve, la direction de Plasson sait aussi se montrer tendre comme dans le fantômatique mouvement final, ici singulièrement lumineux. On retrouvait cet esprit français dans un Concerto pour la main gauche de haute volée. Auteur avec Plasson d’une des plus belles versions de la discographie, Francois-René Duchable séduit immédiatement par sa conduite de la ligne mélodique, tout en conférant à sa partie soliste un caractère faussement improvisé. Les couleurs du Philharmonique national de Russie sont souvent trop crûes, mais qu’importe, Plasson possède lui aussi le style Ravel, comme le confirmera un Boléro puissant. Visiblement ému par l’hommage que lui rend le Festival de Colmar, l’ancien directeur du Capitole de Toulouse présentait en bis un Jardin féérique de Ma mère l’oye, dédié à Simone Veil et Marianna Chelkova, la regrettée coordinatrice artistique du festival et adjointe à la culture de Colmar. Le lendemain midi, la violoniste Fanny Clamagirand interprétait un beau récital chambriste, avec des sonates de Saint-Saëns et Debussy où l’on pouvait apprécier son archet élégant et nuancé. Quant à la rare Sonate de Strauss (une œuvre de jeunesse), elle offrait un bel écrin au piano fougueux et poétique d’Alexandre Kantorow. (5 et 6 juillet)




Resmusica.com

6 juillet

Le Festival Musiq’3 entre claviers et émotions

Bruxelles. Studios 1, 2 et 4 de l'ancienne maison de la Radio, place Flagey, et théâtre marni. 30-VI, 1 et 2 -VII-2017. Festival Musiq'3. 30-VI-2017 (20 heures) : Wolfgang Amadeus Moozart (1756-1791) : lieder et mélodies Kv 523, 520, 308, 474, 519, 530, 391, 152, Rondo en fa majeur Kv. 494, Sonate n° 14 en ut mineur Kv.457 : Adagio. Jodie Devos, soprano. Sébastien Wienand, pianoforte. 30-VI-2017 (22 heures ) : Johannes Brahms (1833-1897) : premier quatuor à clavier en sol mineur opus 25. Philippe Graffin, violon; Lili Majala, alto; Amy Norrington, violoncelle, Jean-François Heisser, Piano. 1-VII-2017 (15 heures) : Claudio Monteverdi (1567-1643 ): Tempo la cetra ; Orfeo extrait (Vi ricorda boschi ombrosi) ; Il combattimento di Tancredi e Clorinda ; Sinfonia du Ballo dell'Ingrate ; Ahi troppo crudel sentenza ; Si dolce é'l tormento. Marco Beasley, ténor ; Hanna Al-Bender, soprano; Carlos Monteiro, ténor. The Regenc'hips, direction Nicolas Achten. 1-VII-2017 (16 heures): Sergei Rachmaninov (1873-1943): variations sur un thème de Corelli, opus 42 -extraits. Sergei Prokofiev (1891-1953): Sonate pour piano n°6 en la majeur opus 82. Nikolai Kapustin (né en 1937): variations opus41. Fanny Azzuro, piano. 1-VII-2017 (17 heures). Claude Debussy (1862-1918) : La plus que lente L.121, L'Isle Joyeuse, L106. Frédéric Chopin (1810-1849): les quatre ballades opus 23,38, 47 et 54. Seong-Jin Cho, piano. 1-VII-2017 (21 heures): Johann-Sebastian Bach (1685-1750): Variations Goldberg BWV.988. Beatrice Rana, piano. 2-VII-2017 (12 heures): Ludwig Van Beethoven (1770-1827) : bagatelle opus 126 n°4. Pierre Bartholomée (né en 1937): trois des treize bagatelles pour piano. Robert Schumann (1810-1856): Vogel als Prophet, extrait des Waldszenen opus 82. Claude Debussy (1862-1918): quatuor à cordes en sol mineur opus 10 : premier mouvement (animé et décidé). Pierre Bartholomée (né en 1937): madrigal, final du quintette avec clarinette. Marie-Dominique Gilles, piano. Alain Billiard, clarinette, Quatuor Tana. Martine Dumont-Mergeay, animatrice. 2-VII-2017 : Ludwig van Beethoven (1770-1827): sonates pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 "appassionata", et n° 21 en ut majeur opus 53 " Waldstein". Olga Paschchenko, pianoforte Chris Maene d'après Conrad Graf. 2-VII-2017 (17 heures): Dimitri Chostakovitch (1906-1975) (arrangement Victor Derevienko): symphonie n° 15 en la majeur opus 141. Shirly Laub, violon. Boyan Vodenitcharov, piano et célesta. Marie Hallynck, violoncelle. Vassilena Serafimova, Alexandre Espêret, Carlo Willems percussions. 2-VII-2017 (19 heures 30): Leonard Bernstein (1918-1990): ouverture de West Side Story. Franz Liszt (1811-1886): Concerto n°1 en mi bémol majeur S.124. Manuel de Falla (1876-1976): suite n°2 extraite du ballet "Le tricorne". Sergei Rachmaninov (1873-1973): vocalise opus 34 n° 14. Franz Liszt (1811-1886) orchestration Doppler: Rhapsodie hongroise n°2 S.244/2. Benjamin Grosvenor, piano. Ivan Karizna, violoncelle. Brussels Phillharmonic. Michel Tabachnik, direction.



Dmitri Chostakovitch
(1906 – 1975)

Dmitri Chostakovitch (25 septembre 1906 - 9 août 1975), est un compositeur russe de la période soviétique. Il est l'auteur de quinze symphonies, plusieurs concertos, d'une musique de chambre abondante, et de plusieurs opéras. Sa musique souvent taxée de formalisme par le pouvoir soviétique contribuera par sa force et son dramatisme souvent exacerbé à faire de Chostakovitch une figure majeure de la musique russe du XXe siècle.



[+] Toute l'actualité (Dmitri Chostakovitch)
10 juil.
La lettre du musi...
9 juil.
Le blog d'Olivier...
6 juil.
Resmusica.com
3 juil.
Classiquenews.com...
1 juil.
Resmusica.com
28 juin
Resmusica.com
27 juin
Resmusica.com
25 juin
Classiquenews.com...
22 juin
Classiquenews.com...
20 juin
Jefopera
10 juin
MusicaBohemica
10 juin
MusicaBohemica
5 juin
Resmusica.com
3 juin
Resmusica.com
25 mai
Resmusica.com
23 mai
Resmusica.com
17 mai
Resmusica.com
15 mai
Carnets sur sol
10 mai
Le blog d'Olivier...
4 mai
La lettre du musi...

Dmitri Chostakovitch




Chostakovitch sur le net...



Dmitri Chostakovitch »

Grands compositeurs de musique classique

Valse Symphonie Concertos Suites

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...